Edito Edito


BILAN A L'OCCASION DES DEUX ANS D'ALTERNEXT

 
Le 17 mai 2007, Alternext soufflera sa deuxième bougie. A l'occasion de cet anniversaire, intéressons-nous au bilan de ce marché depuis sa création.

A l'instar de l'Alternative Investment Market (« AIM »), le marché anglais créé pour les PME, Euronext lança Alternext le 17 mai 2005, marché boursier régulé mais non règlementé permettant aux petites et moyennes entreprises de financer leur développement.

Un succès mérité


Après quelques ajustements relatifs au système de cotation permettant une meilleure liquidité et la suppression en janvier 2006 du « ratio poubelle », Alternext est, deux ans après sa création, un franc succès, qui assume parfaitement son rôle de financement pour les PME et qui a réussi à assurer sa pérennité.


En effet, Alternext offre de multiples avantages à la fois aux entreprises et aux investisseurs.

Ce marché régulé présente des conditions d'inscription simplifiées (un minimum recommandé de deux ans d'existence et de 5m€ de chiffre d'affaires) ainsi que des formalités allégées, ce qui correspond aux besoins des petites et moyennes entreprises. L'obligation pour les entreprises d'afficher une situation bénéficiaire permet à Alternext d'être un marché sur lequel la croissance ne se fait pas au détriment de la rentabilité. De plus, il offre de nouvelles opportunités d'investissement et des garanties aux investisseurs.


Par ailleurs, l'indice Alternext All share a réalisé une belle performance l'année dernière avec une progression de 26% alors que le Small 90 a fait 16% et que le CAC 40 a fait 18%.


2006

Small 90

+16,6 %

CAC 40

+18,1 %

Alternext All Share

+26,4 %


Le fait que l' indice des valeurs Alternext a plus monté que le CAC 40 au cours de ces derniers mois montre que les investisseurs attendent de ces sociétés de meilleures performances que la moyenne du marché . En dépit de leur petite taille, les entreprises cotées sur ce compartiment offrent de belles perspectives de croissance de leurs chiffres d'affaires et de leurs profits. Ce qui peut justifier des niveaux de valorisation plus élevés.


Alternext face au compartiment C d'Eurolist en quelques chiffres


Alternext présente une situation confortable avec une répartition sectorielle équilibrée avec 26% valeurs industrielles, 16% de technologiques et 14% de services aux consommateurs. Il affiche une rentabilité de 6% avec un montant de capitaux levés supérieur de 30% par rapport à 2006 et une liquidité 2,5 fois plus importante. Mais qu'en est-il du compartiment C d'Eurolist ?


En m€

Alternext

Eurolist C

Nombre d'introductions depuis 2006

61

11

Capitaux levés depuis 2006

543,9

287,1

Moyenne des capitaux levés depuis 2006

9,8

26,1

Pourcentage moyen de l'OPO depuis 2006

18%

15%

Nombre d'introductions T1 2007

10

2

Capitaux levés T1 2007

119,9

31,8


Depuis 2006, Alternext enregistre un nombre d'introductions en bourse plus de 5 fois supérieur à celui observé sur le compartiment C d'Eurolist. Cette tendance se confirme au premier trimestre 2007 avec déjà 10 IPO sur Alternext contre 2 sur l'Eurolist C démontrant ainsi l'attrait que représente actuellement ce marché pour les PME désireuses de se financer.


Par ailleurs, jouant son rôle de financement, Alternext a permis de lever 543,89m€ depuis 2006, ce qui représente un montant deux fois plus important que sur l'Eurolist C. Cette tendance est en expansion puisqu'au premier trimestre 2007 elle est pratiquement 4 fois supérieure. Cela s'explique par le fossé grandissant entre le nombre de sociétés inscrites sur ces deux marchés depuis l'année dernière.


Enfin, on remarque une différence structurelle entre ces deux marchés puisqu'en ce qui concerne le montant moyen des capitaux levés, il est plus important pour les entreprises du compartiment C d'Eurolist que pour les entreprises d'Alternext. Cela met donc en évidence le fait que les PME ayant besoin d'un financement très important se tournent plutôt vers l'Eurolist.


Face à Alternext, le compartiment C d'Eurolist perd de son attractivité, avec de trop lourdes contraintes pour les sociétés de petite taille. Les entreprises candidates à la cotation optent dorénavant majoritairement soit pour Alternext, soit pour le compartiment B d'Eurolist quand leur taille le leur permet.


Mais certaines entreprises déjà cotées sur l'Eurolist C se retrouvent bloquées sur ce compartiment, dans l'impossibilité  de passer du compartiment C d'Eurolist à Alternext.



Nouvelle opportunité


Pour inciter les particuliers à s'intéresser aux PME le gouvernement a mis en place une réduction d'impôt égale à 25% des sommes investies, retenues dans le plafond de 20 000€ par célibataire et de 40 000€ par couple, accordée dans le cadre de l'émission d'actions nouvelles. Les particuliers doivent conserver leurs titres au moins 5 ans.

40 des 86 sociétés cotées sur Alternext donnent droit à cette réduction d'impôt.


Cette mesure contribue en partie au réel succès d'Alternext auprès des particuliers qui s'illustre par la part importante de l'offre réservée aux particuliers depuis 2006 (18% en moyenne).


Alternext face à l'AIM


Comme son homologue français, l'AIM est spécialisé pour les PME et présente un statut de plus en plus international, en partie dû à sa réglementation avantageuse.


En m€

AIM

ALTERNEXT

Nombre d'introductions depuis 2006

238

61

Nombre d'entreprises étrangères fin T1 2007

304

4

Ratio  nombre d'entreprises étrangères/ nombre d'entreprises

18,57%

4,65%

Fonds levés en 2006

16 226,65

543,89



Depuis 1995, l'AIM a été le marché principal des petites et moyennes entreprises anglaises et étrangères avec près de 3 000 entreprises. Cependant, Alternext représente dorénavant une véritable alternative à l'AIM.

La part du marché londonien a diminué de 65 % par rapport au premier trimestre 2006. De plus,  le nombre d'IPO a diminué de 49% par rapport à la même période. Sur les nombreuses sociétés que compte l'AIM, seules 250 font l'objet de transactions régulières.


Aujourd'hui, Alternext offre certaines prestations plus attractives que l'AIM. Etant situé dans la zone euro, il permet d'atténuer le risque de change. Ensuite, il offre la possibilité de procéder à des offres publiques, ce qui n'est pas le cas de son concurrent. Ce dernier point est particulièrement important car l'offre publique oblige la société à présenter un prospectus visé par l'Autorité des Marchés Financiers, ce qui crédibilise sa démarche. De plus, la dimension européenne d'Alternext est très importante, elle permet de rencontrer beaucoup d'investisseurs, ainsi que d'ouvrir aux entreprises les portes de la zone euro.


On note également qu'après avoir prouver qu'il y avait une place pour un marché de valeurs moyennes en France, Alternext commence à intéresser au-delà des frontières. En effet, au cours du 1er trimestre 2007, deux entreprises étrangères se sont introduites,  H20 Innovation, une entreprise canadienne, à travers un placement privé (montants levés : 6,6 M€), et Antevenio, une entreprise espagnole, via une offre publique (montants levés : 8,2 M€). Alternext compte désormais quatre entreprises étrangères cotées. Et cela semble n'être qu'un début.


Alternext, en pleine expansion se trouve à présent face à ses challenges futurs


Enfin, encore plus loin,  Euronext vise la Chine. Depuis 2 ans, Euronext mène une campagne de marketing en Chine afin de faire connaître la marque Euronext dans le but d'attirer les sociétés locales désireuses d'être cotées sur les marchés internationaux. Maintenant considéré comme un acteur crédible, Alternext a réussi à se faire connaître auprès de la communauté d'affaires chinoise. Il ne serait pas surprenant de voir la première entreprise chinoise cotée sur Alternext dans un futur assez proche.